Les principaux patrons de la centrale de jeu GVC Holdings ont signé la vente d’une grande partie de leurs participations personnelles dans l’entreprise.

Le journal le Sunday Times a annoncé que le président sortant Lee Feldman et le PDG Kenny Alexander se sont donné mutuellement la permission de se débarrasser de 20 millions de livres sterling d’actions de la société.

Les actions de CMV ont chuté de près de 20 % pour atteindre leur plus bas niveau en neuf ans à la suite de cet annonce.

Selon les règles de l’Autorité de Conduite Financière, le Président d’une société doit être autorisé par le Directeur Général à vendre des actions et vice-versa. Cependant, l’ACF ne dit rien au sujet des rares occasions où les deux dirigeants choisissent de se débarrasser tous les deux de leurs actions. Un président chevronné a dit au Times que la décision de M. Feldman et de M. Alexander n’était  » pas quelque chose qu’il qualifierait de bonne pratique « .

Le mois dernier, M. Alexander a vendu plus de la moitié de sa participation personnelle dans Ladbrokes Coral pour 13,7 millions de livres sterling, tandis que M. Feldman a vendu environ les trois quarts des actions pour 6 millions de livres.

Cette décision a fait peur aux investisseurs qui ont interprété les actions des principaux patrons de l’entreprise comme un signe d’une perte de confiance dans l’avenir de GVC. Comme nous l’avons mentionné, la vente des actions a effacé près de 20 % de l’évaluation boursière de l’exploitant de jeux de hasard.

Mécontentement des investisseurs

GVC n’a pas nié l’implication de son Président et de son Directeur Général dans la cession réciproque des actions. Elle a déclaré au Times que « l’opération a été réalisée dans le cadre d’une procédure de la direction de l’entreprise ».

M. Feldman a annoncé son départ de GVC peu après la vente de ses actions. On croit que sa décision de partir était motivée par le mécontentement des investisseurs. Toutefois, la société a déclaré que sa démission avait fait l’objet de discussions bien avant la vente des actions en mars.

Commentant ses actions, M. Alexander a déclaré au Times qu’il n’aurait pas choisi de vendre des actions s’il avait su à quel point cela aurait eu un impact négatif sur GVC et qu’ils doivent maintenant aller de l’avant et « récupérer le terrain perdu ». Il a également souligné que les gens ont réagi de façon excessive à sa vente d’actions, ce qu’il a fait pour la première fois.

Bien que le fait que M. Alexander et M. Feldman approuvent chacun la vente de l’autre n’est pas contraire aux règles, en principe, cela pourrait susciter des discussions au sein d’une société qui s’est toujours heurtée au mécontentement des actionnaires comme ça a été le cas lors du lancement controversé du site casino Unique disponible ici : https://uniquecasino.info/.

Le printemps dernier, 45% des investisseurs de l’opérateur de jeux de hasard ont voté contre la proposition de payer un gros bonus à son PDG. Il s’agissait de la deuxième révolte des actionnaires que l’entreprise a subie en autant d’années à cause d’une rémunération « excessivement disproportionnée » accordée à ses patrons, dont M. Alexander.

M. Alexander travaille au sein de la centrale des jeux de hasard depuis plus d’une décennie maintenant et a participé à son évolution pour passer d’une entreprise de sept personnes d’une valeur d’un peu plus de 23 millions de livres sterling à une entreprise multinationale colossale dont la capitalisation boursière dépasse les 3,6 milliards de livres. L’exécutif a navigué avec succès au sein de GVC lors de la prise de contrôle de bwin.party en 2016 et de l’acquisition de Ladbrokes Coral au printemps dernier.